mardi 9 décembre 2014

LE REJEFAC REDEFINIT SES ORIENTATIONS STRATEGIQUES

La rencontre de Douala a offert l'opportunité aux Jeunes de conformer la vision de leur réseau avec celle de la COMIFAC.

les participants en visite au Botanic Garden de Limbé Cameroun 


Au lendemain de la révision du plan de convergence, document stratégique de la Commission des Forêts d'Afrique Centrale(COMIFAC), et, faisant la suite de l'élaboration à Bafoussam en Août dernier de la stratégie REDD+ jeunesse, une trentaine de délégués de la sous région Afrique centrale était en conclave du 01 au 04 Décembre 2014 à Douala au Cameroun pour statuer sur les nouvelles orientations stratégiques du Réseau des Jeunes pour les Forets d'Afrique Centrale (REJEFAC). Objectif : définir des orientations susceptibles d'améliorer la vision et la mission de la REJEFAC.

Le lifting qu'a subi le plan de convergence de la COMIFAC a abouti à un document de stratégie nouvelle génération prenant en compte un ensemble de paramètre dont le processus APA( Accès aux ressources génétiques et partage des avantages issus de leur utilisation) et l'économie verte. L’émergence de nouvelles thématiques et problématiques exigent aux différents parties prenantes de la gestion du deuxième massif forestier mondiale, le bassin du Congo, à s’arrimer à la nouvelle donne pour être efficace dans l'action. La rencontre de Douala offrait l'opportunité aux Jeunes, acteurs privilégiés du processus de conformer la vision et la mission de leur réseau avec celle de la COMIFAC soutenues par le plan de convergence révisé.
Ainsi, pendant près d'une semaine, les participants se sont imprégnés des grandes orientation de la Conférence sur les Écosystèmes Denses et Humides d'Afrique Centrale (CEFDHAC) en lien avec le REJEFAC, l'opportunité leur a été offerte de s' approprier les accords, directives et autres plans stratégiques, gage d'une action efficiente de la jeunesse. Il était également question de vulgariser les documents stratégiques de la COMIFAC, de renforcer les capacités des participants sur le processus APA, d'identifier les thématiques prioritaires pour la jeunesse, et surtout actualiser puis finaliser la feuille de route et le plan d'action du REJEFAC. Tache ardue mais non moins impossible pour ces jeunes qui entendent porter haut la voix de la jeunesse.

En raison de la complexité des enjeux de cet atelier, le REJEFAC a fait appel à ses pairs , une palette d'experts et consultants triés sur le volet a accompagné la jeunesse dans l'élaboration de cette nouvelle vision. Mme Monique YIGBEDEK consultante et représentante du président du comité de pilotage de la CEFDHAC dans son mot d'ouverture a relevé la nécessite de promouvoir une approche concertée et l'urgence de mutualiser les expériences « s'agissant du processus APA, vers lequel tous les réseaux de la CEFDHAC converge ,nous voulons unir nos efforts afin de regarder dans la même direction étant entendu que nous poursuivons le même objectif :la sauvegarde de la diversité biologique qui est cher et utile à l'homme ». c'est dire que l'initiative de la jeunesse trouve une ouïe attentive en la CEFDHAC.
tout est clair, le REJEFAC à travers cette démarche est en toute cohérence avec la dynamique qui est la sienne depuis quelques années, partir du plaidoyer à l'action. Après près de dix années d'existence, le réseau que coordonne Marie Tamoifo fixe le cap d'une réelle prise en compte de la jeunesse dans le processus décisionnel et le challenge de réalisations concrètes. En attendant la mise en œuvre, on ne peut que souhaiter bon vent au REJEFAC.

mardi 4 novembre 2014

PROTECTION DE LA COUCHE D'OZONE:LES JEUNES VOLONTAIRES POURSUIVENT LA MISSION

l'ONG Jeunes Volontaires pour l'environnement se joint la communauté internationale et célèbre la journée de protection de la couche d'ozone 


Campagne une vendeuse de beignet, un foyer amélioré


Grâce aux mesures prises en 1987 lors de la signature du protocole de Montréal , on peut se rejouir d'une nette regression de la dégradation de la couche d'ozone. L’abandon progressif  de substances qui appauvrissent la couche d’ozone leurs diminutions connexes ont non seulement aidé à protéger la couche d’ozone mais aussi,  contribué de manière non négligeable aux efforts déployés par la communauté internationale pour faire face aux changements climatiques. De plus, l’élimination de ces substances a protégé les écosystèmes en limitant le rayonnement ultraviolet nocif qui atteint la Terre, en temoigne ce message du Secrétaire général de l'ONU M. Ban Ki-moon, sur le site des Nations Unies consacré à la journée internationale de la couche d'ozone.  « Des découvertes scientifiques récentes montrent l’importance du Protocole de Montréal. S’il n’existait pas, les niveaux atmosphériques des substances appauvrissant la couche d’ozone auraient pu décupler d’ici à 2050. Une action concertée a permis de prévenir des millions de cas de cancer de la peau »

samedi 1 novembre 2014

FORMATION : les acteurs du volontariat et de la solidarité internationale en formation au CICM de Mvolye


L'espace volontariat au Cameroun offre depuis ce matin une formation en Montage d'un projet de chantier de solidarité internationale et recherche de partenariat.


Doter les acteurs du volontariat et de la solidarité internationale d'outils et moyens leur permettant de conduire en toute serenité des chantiers, voilà ce qui justifie la tenue ce jour d'une formation en montage de chantier de solidarité internationale et recherche de partenaires. Près d'une trentaine d'organisations prend part à cet atelier qui, bien plus qu'une session de renforcement de capacité, entend accompagner les organisations de la société civile camerounaise par l' amélioration de l'offre technique et pratique dans la modelisation des chantiers de solidarité. Selon Alphonse TABI ABESSOLO, formateur et responsable de l'action sociale et du plaidoyer au Centro Orientamento Educativo Cameroun (antenne national d'une organisation italienne de volontariat chretien), «  outre l'amelioration de la qualité et la quantité des chantiers de solidarité, cette formation repond à un besoin de renforcement de capacité des acteurs operant dans le secteur, avec comme impact escompté l'amelioration du service et l'image du Cameroun, à travers une meilleure gestion des chantiers »
Alphonse TABI ABESSOLO, Formateur 

Initiative de la representation nationale de France volontaires, plate forme française qui entend structurer le volontariat et l'action de solidarité de la France à l'echelle internationnale, la formation de ce jour s'inscrit dans le cadre d'un vaste programme d'accompagnement et de developpement d'un volontariat de qualité au cameroun.

mercredi 8 octobre 2014

CELEBRATION DE LA JOURNEE DU LAVAGE DES MAINS


 Lavons nous les mains et sauvons des vies

Chaque année, plus de 3,5 millions d’enfants meurent de diarrhée et de pneumonie. Nombre d’entre eux auraient pu survivre s’ils n’avaient pas été contaminés par des mains sales.

lavons nous les mains...


Le fait de se laver les mains correctement avec de l’eau et du savon empêche d’attraper de nombreuses maladies. C’est pourquoi plus de 80 pays célèbrent le 15 octobre la «Journée du lavage des mains». un sondage mené en 2010 ressort que le taux de lavage des mains avec du savon est faible chez les écoliers. 7O% des écoliers sondés connaissent « quand se laver les mains » «  pourquoi se laver les mains », mais 9O% ne savent pas « comment se laver les mains ».

Alors que beaucoup d’enfants se lavent les mains à l’eau, peu sont ceux qui utilisent un savon aux moments clés. Pourtant c’est rarement à cause d’un manque de savon. Le savon est présent dans la plupart des ménages, mais il est communément utilisé pour le bain et pour la lessive, pas pour le lavage des mains. Le manque d’eau n’est pas ou non plus, du moins habituellement, un problème, car les mains peuvent être lavées efficacement avec très peu d’eau. Selon ces recherches faites sur la question, les taux de lavage des mains avec du savon sont faibles parce que le lavage des mains n’est tout simplement pas une habitude.
L'ONG Jeunes Volontaires pour l'Environnement se joint à la communauté internationale pour la promotion du lavage des mains.

jeudi 4 septembre 2014

ATELIER DE CLOTURE DU PROJET « MISE EN PLACE ET EXPERIMENTATION D’UN SYSTEME LOCAL DE SUIVI DE  L’ACTIVITE FORESTIERE DANS L’ARRONDISSEMENT DE NGAMBE TIKAR »
L’exploitation forestière illégale menace dangereusement la durabilité des forêts au Cameroun et plus particulièrement dans la localité de Ngambé Tikar. Pour éradiquer ce fléau, de nombreuses réformes politiques, législatives et institutionnelles ont été entreprises depuis plusieurs années dans le but d’assainir le secteur forestier et d’optimiser les bénéfices issus de l’exploitation et de l’utilisation des forêts. L’Accord de partenariat volontaire relatif à l’amélioration de l’application de la législation forestière, la Gouvernance et les échanges commerciaux du bois (APV FLEGT) signé entre la Cameroun et l’Union Européenne, peut aujourd’hui être considéré comme le champ de bataille de la lutte contre l’exploitation forestière illégale.  C’est dans ce contexte que depuis Mars 2012, le CAFER (Centre d’Appui aux Femmes Et aux Ruraux) met en œuvre avec l’appui financier de l’Union Européenne les activités du projet «Mise en place et expérimentation d’un système local de suivi de l’activité forestière dans l’arrondissement de Ngambé Tikar» (SYLOSAF) dans le cadre de l’accompagnement de la mise en œuvre de l’Accord au Cameroun. Ce projet vise à mettre en place un mécanisme local durable de lutte contre l’exploitation illégale des forêts. C’est dans le cadre de la fin du projet qu’est organisé l’atelier de restitution et de clôture du projet.






Mme TCHOULA Albertine Directrice du CAFER livre son mot de bienvenu

un aperçu de l'assemblée

les participants

mardi 24 juin 2014

YOUTH WATER ACTIONS


ça y est c'est parti pour le YOUTH WATER ACTIONS, pendant plusieurs mois nous allons nous déployer sur le terrain question de contribuer  à l'amélioration de la qualité de l'eau disponible dans nos sources mais aussi faciliter l'accessibilité aux  populations par l'aménagement des voies d'accès
Les quartiers de Yaoundé déjà très éprouvés par la fourniture épisodique de la société nationale en charge de cette question trouveront à coup sur satisfaction apres notre action.
Sous la conduite du Président Blondel SILENOU, des jeunes du quartier Essomba ont pris d'assaut un point d'eau du quartier pour une action civique et citoyenne, cette activité qui intervient en prélude au lancement d'une branche locale dans cet arrondissement traduit tout notre engagement pour un accès à l'eau pour tous. programme Youth Water Actions (YOWA) que conduit notre organisation et dont les grandes lignes s'articulent autour de la vulgarisation des techniques de potabilisation de l'eau , de l'assainissement des point d'eau, de la vulgarisation des travaux de recherche sur l'eau, des études se veut une contribution citoyenne et patriotique de la jeunesse.
L’eau est l’élément essentiel à la vie on ne le dira jamais assez, sans eau, pas de vie. L’eau est un des principaux fondements du développement humain. seulement, en Afrique et au Cameroun  le précieux nectar se fait rare,  trop de personne n’y ont pas accès et quand bien même c'est le cas la qualité n'est toujours pas au rendez vous. 
quelques images...














samedi 21 juin 2014

ROME ACCUEILLE LE COFO 2014


Lors de sa 22ème session, le COFO examinera la situation des forêts du monde, se concentrant sur les avantages socioéconomiques qu’elles génèrent et les questions corrélées, notamment celles des revenus et de l’emploi; des droits de propriété et d’exploitation; de la dendroénergie et des produits forestiers destinés au logement. Dans ce contexte, il se penchera sur les politiques forestières visant à encourager la production et la consommation durables; l’accès aux ressources, aux marchés et au financement; le partage équitable des avantages; et l’appréciation des produits et services forestiers.
L’éventail complet des contributions des forêts au développement durable étant souvent mal reconnu, ou apprécié de façon incorrecte, le programme pour le développement au sens large ne les représente pas toujours. La 22ème session du COFO représentera, pour les pays membres, une opportunité d’envisager des moyens visant à promouvoir les contributions des forêts aux objectifs mondiaux de développement et à s’assurer qu’elles sont bien intégrées dans les processus de négociation à l’échelle mondiale. Il s’agit notamment de l’élaboration des Objectifs pour le développement durable dans le cadre du programme de développement pour l’après-2015 et l’examen de l’Arrangement international sur les forêts au cours de la 11ème session du FNUF, qui se tiendra en 2015.
Cette réunion abordera également les progrès accomplis dans l’application des décisions précédemment adoptées et considérera les priorités que le programme de la FAO accorde aux forêts à la lumière du nouveau Cadre stratégique de l’Organisation. Elle traitera plus spécifiquement des efforts concernant le changement climatique, le mécanisme REDD, les forêts des zones boréales et arides.

Semaine mondiale de la forêt 4

Pour la quatrième fois, le COFO se tiendra conjointement à la Semaine mondiale de la forêt – une série de réunions et d’événements parrainés par la FAO et ses organisations et institutions partenaires. La Semaine mondiale de la forêt est une occasion pour partager des connaissances de pointe et des résultats et réalisations importants.

Le Comité des forêts

Le Comité des forêts (COFO) est le principal organe statutaire de la FAO en matière de forêts. Les sessions biennales du COFO, réunissent les responsables des services forestiers et d’autres fonctionnaires principaux publics en vue d’identifier les nouvelles politiques et les questions techniques visant à trouver des solutions et de conseiller la FAO et d’autres parties prenantes sur les mesures appropriées à prendre.
pour plus d'info http://www.fao.org/forestry/57758/fr/