mardi 10 novembre 2015

JOURNEE INTERNATIONALE DE PROTECTION DE LA COUCHE D'OZONE 2015

la Journée Internationale de protection de la couche d'ozone 2015 s'est célébrée  cette année sous le Thème : 30 ans de collaboration au service de la reconstitution de la couche d’ozone - « La couche d’ozone, seul rempart contre les UV ». Blondel Silenou Directeur Executif de JVE Cameroun était l'invité de Rodrigue Tongué sur Canal 2 internationale pour débattre de toutes les coutures de cette actualité et bien d'autres je vous invite à suivre.



video

SUR LA ROUTE DE PARIS COP 21, ON EN PARLE SUR CANAL 2 INT

le Directeur Exécutif de JVE Cameroun Blondel Silenou,  était l'invité de Rodrigue Tongue sur Canal 2 International dans le cadre de l'émission "un jour un événement". la visite de Annick Girardin secrétaire d'état au développement et à la Francophonie, auprès du ministre des Affaires étrangères et du développement international servait de prétexte à cette invitation au cour de laquelle Blondel et Rodrigue ont abordé les enjeux de la prochaine conference des Nations Unies sur le changement climatique la COP 21 qui se tiendra  à Paris en France dès le 30 novembre prochain. bien d'autres articulations ont meublé les échanges. 
En outre cette initiative qui s'inscrit dans le cadre des préparatifs de notre organisation à cette importante rencontre.  Nous vous invitons à suivre la video de cet échange

video

mercredi 28 octobre 2015

LES JEUNES VOLONTAIRES S'ENGAGENT DANS LA CAMPAGNE CLEAN UP THE WORLD

Il était une vingtaine, qui, malgré la pluie ont décidé de témoigner en cette occasion unique leur engagement indéfectible à la cause environnementale. arpentant les rues de la cité capitale en quêtes de déchets plastiques et autres détritus susceptible de polluer notre environnement. 
La campagne qui s'est ouvert ce jeudi 28 octobre s'inscrit dans le cadre du projet “ Clean Up World Cameroun” que conduit par la Jeune Chambre Internationale Cameroun. Pour sa mise en oeuvre l'initiative bénéficie de la collaboration de  Jeunes Volontaires pour l'Environnement et de la Fondation Villes Propres. 
L'objectif de l'activité qui s'étend  du 28 au 31 Octobre 2015 est d' améliorer l'état de notre ville . En plus de nettoyer , il est question de sensibiliser les populations sur les dangers inhérents à une gestion approximative de l'environnement, autres point qui sera debattu la  responsabilité sociale et des mesures environnementales positives développées au sein de la communauté.
le thème «Notre environnement, notre Responsabilité" met en évidence l'impact positif que chacun de nous peut avoir sur notre environnement en individuel ou collectivement.
Quelques images de la première journée 
Macaire Boueloumé  de JVE Cameroun en action 


Blondel Silenou dans son élément

Ensemble on est plus fort 

la sensibilisation, une étape importante de campagne 

un leadership d'action 

les déchets sont la ou doivent être 

samedi 10 octobre 2015

L'ECOLE NATIONALE DES EAUX ET FORET EN FETE

Le 09 octobre dernier était jour de fête à l'Ecole Nationale des Eaux et Forêt du Cameroun. en effet ce jour, l'école livrait sa 66ème promotion, instant solennelle auquel nous avons pris part.

Créée en 1949, l'établissement qui aujourd'hui porte le nom d' Ecole Nationale des Eaux et Forêts, nait sous l’appellation de Centre d’Apprentissage Forestier. Suite des innovations le centre deviendra en 1952 l’ Ecole Technique Forestière puis l’Ecole des Eaux et Forêts de Mbalmayo en 1966. c'est en septembre 1980 qu'elle sera érigée Ecole Nationale des Eaux et Forêts.

Avec comme mission principale la formation des cadres moyens de l’administration forestière et des partenaires de secteur forêt bois environnement , l'école accorde une place de choix à la recherche appliquée et expérimentale. Dans le même ordre d'idée elle propose des formations continues et à la carte, mais aussi des prestations de services .

A l'heure ou elle livre sa 66ème promotion baptisée YON Marcel l'école offre l'occasion à ses partenaires d'échanger et  de partager le savoir faire de la jeunesse , ceci à travers le prime d'une exposition qui a drainé du beau monde. Cette belle illustration de l'engagement du Cameroun dans la préservation de l'environnement a connu la participation de la branche locale de Mbalmayo de JVE.

Petite rétrospective en image 

l'équipe de JVE en bonne compagnie pour le bonheur de l'environnement 

les participants à la céremonie se ruent  vers les stands 

Des visiteurs 

L'infatigable DJIBrilla Pdt de la branche locale de Mbalmayo 

et si on parlait un peu de mediation Environnementale  

Bienvenue à l'esplanade de l'ENEF

vendredi 9 octobre 2015

SUR LA ROUTE DE PARIS COP21

Conference/débat
Environnement et Changements Climatiques: enjeux pour la sous régions Afrique Centrale et Grands lacs
Dans le cadre de la célébration de ses 20 ans, et prélude à la conference des Nations Unies sur le climat qui se tiendra à Paris  fin novembre début décembre 2015, l'Agence Universitaire de la Francophonie a offert au public de Yaoundé une conference débat sur les enjeux du climat dans la sous région. la conference qu'animait un panel d'universitaires chevronnés à l'instar du Pr Joseph Amougou maitre de conference en géographie à l'université de Yaoundé I; Jean Jacques BRAUN directeur de recherche à l'IRD Cameroun et le Professeur Louis Zapfack maitre de conference en biologie à l'université de Yaoundé I explorait dans quelle mesure le climat contribue t il au développement. l'Institut Français du Cameroun servait de cadre à cette rencontre. 

revivons en  image quelques moments forts 

Pr Joseph Amougou point focal UNFCCC, et Blondel Silenou de  JVE 

silence ici on parle climat 

plus de 300 participants ont fait le déplacement 

On prend les notes la conference bat son le plein

on écoute 

les participants 

une dernière question Prof 

Suzanne Bilo'o participante et membre de JVE 

Le grand prof dans son élément


on suit avec assiduité M. Moise Mbimbé le SG 

on est ensemble 

jve toujours plus haut

mercredi 7 octobre 2015

JEUNES VOLONTAIRES POUR L'ENVIRONNEMENT PARTICIPE AU SALON INTERNATIONALE DU VOLONTARIAT ET DE LA SOLIDARITÉ



mercredi 07 octobre 2015 l’esplanade de l’hôtel de ville de Yaoundé grouille de monde, le salon international du volontariat et de la solidarité Cameroun 2015 s'est ouvert ce jour sous le haut patronage du nouveau ministre de la jeunesse et de l’éducation civique qu'accompagnaient pour la circonstance les ministre de la communication et de la promotion de la femme et de la famille.
Événement Organisé par France volontaire et le Réseau des Acteurs du Volontariat et de la Solidarité Internationale(RAVSI), le salon entend à faire connaitre au grand public l’action du volontariat dans le développement durable. Opportunité idoine pour mettre en lumière la contribution de la jeunesse.
Avec une dizaine de volontaires mobilisée, près de 300dépliants distribués en cette première journée, la participation de JVE s'illustre dans bien d'activité. Entre échanges et débats sur l’apport du volontariat dans les grands enjeux du monde et animation de stand JVE met en évidence toute sa vitalité.les contribution de Sariette Tayou sur l’apport de la jeunesse dans le processus de mise en œuvre du volontariat, communication qui puisse l'essentiel de sa substance dans l’expérience de JVE Cameroun dans le volontariat ; l’environnement et le développement durable. JVE Cameroun s’est également illustré à travers une belle intervention de Nelly diane Alemfack sur l'initiative PIRJEF.
Le salon c'est aussi ces volontaires mobilisés autour de Blondel Silenou pour assurer la communication à travers les réseaux sociaux et l’animation du stand de RAVSI
Pour une première édition et malgré les nombreux contraintes dues à l’organisation d’une telle activité ; le salon tient la promesse des fleurs.



                                                                                                                   Ghislaine TCHOKOUATOU

Quelques images

Le Ministre de la Jeunesse participe à la campagne Action 2015

ceremonie d'ouverture 

Djibrilla pdt de la branche locale de Mbalmayo presente les actions deJVE

Ajouter une légende
Ajouter une légende
Ajouter une légende
une vue des stands
le président duConseil  National de la Jeunesse du Cameroun
Ajouter une légende

Djibrilla et Ghislaine




les participants



la photo de famille



lundi 21 septembre 2015

INSTAURER UNE TARIFICATION INTERNATIONAL DU CARBONE "BONUS MALUS" UN OUTIL QUI POURRAIT FAIRE AVANCER LES DEBATS CLIMATIQUES

Instaurer une tarification internationale du carbone « bonus-malus », un outil qui pourrait faire avancer les débats climatiques

La terre est la seule planète connu qui jusqu’ici offre un équilibre qui permet la vie (végétale et animale). Elle, repose sur un équilibre où chaque élément a sa place. De cet équilibre dépendent le maintien des ressources et les conditions indispensables à la pérennité de l’espèce humaine. La vie est arrivé sur terre il y a presque 4 milliards d’année et l’Homme il y a seulement 200 000 ans. Cependant, il a réussi en très peu de temps à bouleverser cet équilibre si essentiel. Notre mode de vie, nos déplacements, nos loisirs, tout concours à accroître nos besoins. Ils croissent largement plus que ce que la planète peut nous offrir. La population humaine a été multipliée par quatre en un siècle, tandis que la consommation d'énergie et de matières premières a été augmentée d'un facteur 10. Cette pression de l'humanité, tributaire de notre système de développement dépasse significativement la capacité de notre planète à absorber nos pollutions et à se régénérer. En même temps, cette pollution est arrivée en son niveau critique. L’équipe des experts réunis par Johan Rockström estime à 350 Partie par million la limite d’émission de GES à ne pas dépasser pour éviter une catastrophe climatique à l’échelle planétaire. Comme nous le savon tous, cette limite a été dépassé en 2013 et si rien n’est fait le scénario le plus alarmiste nous mènera à une augmentation catastrophique de 4°C.
Si le prix à payer est lourd, il n’est cependant pas trop tard. La prise de conscience est une exigence et l’engagement des différente parties prenantes pour une prise de décisions commune une nécessité.
Fort heureusement lors de la 19ème session de la Conférence des Parties (COP 19) qui s'est tenue à Varsovie, les Parties ont convenu d'« engager ou amplifier les préparatifs de leurs contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN) » en vue d’en faire part bien avant la COP 210 à Paris. Cette décision a été fortement appréciée par le reste de la communauté internationale car un tel document s’il venait à être soumis par les différents pays constituerait un apport clé aux négociations devant mener à un accord sur le climat en 2015 à Paris.
Toutefois, à la lumière des contributions déjà enregistrées, il y a lieux de se poser des questions sur l’engagement réel des différents Etats émetteurs à vouloir atteindre les objectifs visés de moins de 2°c. En réalité, les engagements pris par la plupart des pays développés ne se sont pas compatibles à leurs capacités réelles de réduction d’émissions. A l’opposé, les pays africains et plus particulièrement le Cameroun qui demeure globalement un puits de GES avec une capacité d’absorption de 46 983 Gg EQ CO2 (2000) et dont les émissions sont insignifiantes à l’échelon international (0.4%) souhaite toutefois contribuer à l’effort commun de réduction des émissions globaux à hauteur de 32% à l’échelle nationale par rapport à un scénario de référence pour l’année cible 2035. L’atteinte de ces résultats sera conditionnée au soutien de la communauté internationale sous forme de financement, d’actions de renforcements de capacités et de transfert de technologie. La plupart des autres PED qui ont déjà soumis leur CPDN ont également présentée des contributions partiellement/totalement conditionnées.
Dès lors, s’il semble que l'objectif des 2°C commence à dangereusement s’éloigner, il parait urgent de trouver des mesures/mécanismes/outils à proposer pour faciliter les débats et les échanges de manière à ce que les différents négociateurs parviennent à un accord global à Paris.
En réalité, la proposition faite par la Chaire d’Economie du Climat en l’occurrence la taxe mondiale sur les émissions de CO2 en bonus-malus semble pour nous un des outils qui pourraient faire avancer les débats sur plusieurs questions (mitigation des émissions, financement climatique, etc.).
    • elle fixerait une incitation réelle à réduire les émissions chaque année par les différents pollueurs
    • elle définit un seuil moyen d’émissions par habitants de la planète: 6,5 t CO2e
    • elle propose un prix de 7,5 $ / t pour pouvoir atteindre les 100 Mds/an pour le FVC
    • les Pays au-dessus du taux moyen contribuent au FVC en proportion de leur dépassement, pays en-dessous bénéficient de financements via le FVC
    • les contributeurs potentiels seraient les USA, la Chine, la Russie, l’UE, le Japon, le Canada, l’Arabie Saoudite, etc.
    • les bénéficiaires potentiels seraient le Cameroun, le Nigeria, la RDC, l’Inde, le Bangladesh, le Pakistan, l’Indonésie, les Philippines, etc.
    • elle encouragerait les pays bénéficiaires potentiels à converger vers une courbe de croissance sobre en carbones
    • elle permettrait à ces pays de bénéficier des co-bénéfices y associé en terme d’adaptation.
Parvenir à tel résultat est un challenge surtout dans un contexte où les stratégies de préservation de l'environnement, qui impliquent entre autre la gestion durable des ressources naturelles, induisent des enjeux économiques majeurs et remettent même en cause les fondements même du développement tel que perçu par nos pairs. Toutefois, nous avons la responsabilité d’agir pour les générations futures.


Steve ZANGUE 
Jeunes volontaires pour l'Environnement 
Membre de la plate forme REDD+ Changement climatique Cameroun